sécurité juridique

Les dates importantes de la procédure d’indemnisation des victimes de la route

Les accidents de la route sont définis par la loi Badinter entrée en vigueur en 1985. La loi ouvre des droits aux victimes pour leur permettre d’obtenir l’indemnisation de leur préjudice (perte de revenus, souffrances endurées, frais de santé, préjudice esthétique…). La procédure d’indemnisation demande de la méthode et de l’organisation. Il est important de noter sur un agenda les dates importantes de la procédure d’indemnisation.

Illustrer la justice et la loi badinter

Qu’est ce qu’un accident de la route au sens de la loi ?

Les accidents de la route sont définis par la loi Badinter entrée en vigueur en 1985. La qualification juridique d’un accident de la route n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Pour être qualifié d’accident de la route, un accident doit réunir 3 conditions cumulatives. Les conditions sont strictes car la qualification d’un accident en accident de la route ouvre des droits à indemnisation au bénéfice des victimes.

Distinguer les victimes directes et les victimes indirectes

La victime d’un accident de la circulation ou d’un accident médical n’a pas besoin d’être impliquée physiquement dans l’accident pour avoir la qualité de victime.
Par exemple, les proches d’une victime de la route peuvent être qualifiés de victime même s’ils n’étaient pas présents au moment de l’accident. Ils sont ce qu’on appelle des victimes indirectes. Les victimes indirectes peuvent obtenir la réparation de leur préjudice au même titre que la victime directe.

Comment déclarer sa micro entreprise ?

L’auto entreprise ou la micro entreprise signifie la même chose, il s’agit d’une entreprise individuelle. A l’intérieur de l’entreprise individuelle vous trouvez le régime de la micro entreprise s’agissant d’un régime fiscal et social avantageux ouvert aux entreprises qui génèrent un chiffre d’affaires limité.

Sécurité juridique : les responsabilités du micro entrepreneur

Les causes de responsabilité du micro entrepreneur sont multiples :

Non respect des règles de facturation
Non respect du RGPD (protection des données)
Concurrence déloyale
Exercice d’une activité prohibée ou incompatible avec la personne
Défaut dans l’exécution de la prestation de service
Matériels non conforme ou défectueux
Contentieux fiscal

Limiter les risques, c’est possible.

Comment créer son entreprise sans apport ?

De plus en plus de personnes se lancent dans la création de leur entreprise. En 2019, l’Urssaf dénombre plus de 1,7 millions micro entreprises, soit une augmentation de plus de 26 % par rapport à 2018. Le nombre d’immatriculations suit les mêmes courbes de croissance avec plus de 570 000 nouvelles micro entreprises sur un an.

Retour haut de page